mercredi 24 juin 2015

Portraits d'expats : Sophie Cot et l'Atsumi Retreat Healing Center à Phuket.

Il y a quelques semaines je vous parlai de mes pauvres petits efforts pour me remettre en forme. Je suis toujours sur cette voie et j'espère persévérer.
Après tout j'ai Grande Miss qui pour mon anniversaire m'a envoyé un gentil mot tout doux où entre autre elle disait que j'étais la plus belle du monde entier (bon ... j'exagère peut-être un chouia là ...). Il faut donc que je sois au niveau et qu'elle ne retrouve pas un éléphant de mer quand elle viendra me voir (parce que sinon trahison, perte de repères, tomber de son piédestal, spirale infernale quoi ...).

Je vous présentai ICI, Caroline grâce à qui j'ai découvert le yoga et qui a fait de moi une adepte. Je pratique maintenant en moyenne 4 fois par semaine, le matin avant de commencer ma journée et j'adore !!
Même si sur certaines positions je ressemble à rien (tentative de posture du corbeau qui se solde en corbeau écrasé sur le tapis ... ), je persévère car cela me fait un bien fou.

Bref, convertie.

Il faut croire que le yoga a décidé de venir à moi vu que je ne venais pas à lui. Quelques temps après avoir rencontré Caroline, un ami sur Twitter me demandait des conseils pour des hôtels à Phuket, je suis donc passée par un ami de Monaco sur FB qui m'a présenté Sophie qui vit sur l'île de Phuket.



Je n'ai pas encore rencontré Sophie de visu mais son incroyable parcours et sa grande gentillesse me donne envie de la rencontrer. Ce sera peut-être d'ailleurs dans le centre où elle travaille, pour une cure detox et bien-être.
Soyons bien d'accord, je risque de pas être très zen si on me donne pas grand chose à manger pendant 1 heure quelques jours et je risque bien de croquer une ou deux personnes au passage pour me rassasier !


Mais je me dis que quelques jours au calme, à ne pas se bâfrer de pizzas/pâtes/burgers/streetfood/[insérer un truc bien gras], à faire du yoga, se faire masser, bref se faire du bien (je passe sur un certain traitement qui là comme ça me donne pas super envie ...), ça ne peut pas faire de mal.

Bon assez parlé de moi et passons à l'interview de Sophie qui a eu la gentillesse de bien vouloir répondre à mes questions !

Portraits d'expats : Sophie Cot et l'Atsumi Retreat Healing Center à Phuket.




- Qui es tu, d’où viens tu ?

Je m’appelle Sophie Cot. J’ai 43 ans. Je suis parisienne, mais depuis mes 20 ans, j’ai une âme de voyageuse. Pendant mes études, j’ai eu l’opportunité de faire des stages aux USA et en Angleterre qui m'ont permis d'apprendre l'anglais et donne envie de vivre et travailler à l étranger.

J’ai commencé à travailler à Canal+ en 1994 au Service de Presse. En 1999, j ai pris une année sabbatique et je suis partie pendant 9 mois avec mon sac a dos faire un tour du monde. Mon objectif était de découvrir l'Asie, entre autres qui m'avait toujours attirée, et ne pas faire de plan, juste de suivre mes envies, follow the flow comme on dit en anglais, découvrir à mon rythme et ne rentrer en France que lorsque je n'aurai plus d'argent. Je suis d'abord partie sur la côte Ouest américaine. Je voulais visiter toutes les villes de mes séries d’ado ! (Los Angeles, Beverly Hills, Malibu, Las Vegas, etc). Après je suis partie en Australie ou j'ai visité toute la côte est, le nord et le centre de l’Australie. Ensuite, j'ai atterri en Indonésie où j ai découvert Java, Bali et Lombok et fait l'ascension de 4 volcans indonésiens. Après l’Indonesie, direction la Thailande : Bangkok, Chiangmai, le sud, puis je suis partie au Cambodge et j’ai terminé ensuite par la Birmanie.

Ce voyage a transformé ma vie. J'avais 28 ans quand je l'ai réalisé, et c'est durant ce voyage que j'ai découvert le massage. J’ai donc commence à me former en Asie (Wat Pho – bangkok) et quand je suis rentrée en France, j'ai repris mon job à Canal+ mais parallèlement je passais mes week-end à me former en massage ayurvédique, massages de relaxation, etc. J'ai décidé d'en faire mon métier et j'ai eu la « chance » que Canal+ a été obligé de licencier du personnel pour me porter volontaire et me faire financer un CAP d’esthétique sur un an. Après l’obtention de mon CAP, je suis partie travailler 3 ans au Club Med comme spa thérapeute puis Spa Manager en Sicile pendant 2 ans, puis à Vittel et à Serre Chevalier.

Après le Club Med, je suis partie travailler comme masseuse aux Spa du Buddha Bar du Hilton d’Evian ainsi que dans le Palace Royal Park Evian. Après 1 an, j'ai eu l’opportunité de travailler pour la marque de cosmétique française CAUDALIE et de devenir leur responsable des formations à l'international. En bref, j étais en charge de former tous leurs thérapeutes de France et du monde aux protocoles de soins et de massages de la marque. J'ai ainsi formé par exemple tous les masseurs et esthéticiennes du Spa Caudalie du Plazza à New York. Je formais aussi en Turquie, en Espagne et en Italie. La filiale Turque de Caudalie m’a ensuite proposé de venir travailler pendant un an a Istanbul dans leur magnifique spa de luxe  2000 mètres carres SPA LES OTTOMANS  comme Responsable formation. 

Après 1 an d’expérience à Istanbul, je suis rentrée en France pour refaire mes valises direct et partir me former au yoga, une de mes passions à Koh Samui. Je suis rentrée certifiée professeur d'Ashtanga yoga en juillet 2009 et 2 mois plus tard, on m’offrait un poste de Formatrice Internationale pour le Groupe Shiseido. J'étais en charge des marques françaises Carita et Decleor (qui faisaient à l époque partie de Shiseido) et je m’occupais de la zone Asie, Amérique du Sud et Europe de l’Est. Je voyageais à peu près 70 % de mon temps pour aller former les formatrices de chaque pays aux massages, soins visage et corps des marques qui elles-mêmes formeraient ensuite tous les distributeurs des 2 marques.
C’était passionnant. Je formais à Tokyo, Taipei, Hong Kong, Seoul, Singapour, Kuala Lumpur, Mexico, Panama, Budapest, etc. Mais en même temps c était aussi épuisant (décalage horaire, etc.). 



Donc chaque année, je me prenais 15 jours de vacances pour venir faire une detox à Atsumi Retreat Healing Center à Phuket (Thailande) je faisais un jeune, du yoga, de la méditation, mangeais de la raw food après le jeune, bref je me ressourçais pour recommencer à voyager ! La première fois que je suis venue à Atsumi, coup de cœur total et je me suis dit que le job de mes rêves serait de travailler dans ce genre de centre. En juin 2012, je suis venue effectuer mon troisième séjour à Atsumi, et en Août la propriétaire du centre, qui trouvait mon expérience professionnelle intéressante, m'a proposé de venir travailler à Atsumi comme Directrice de la partie bien-être et detox du Centre. Je n'ai pas hésité une seconde. J'ai donné ma démission à Shiseido, donné le préavis de mon appartement à Paris, et 3 mois plus tard j'arrivais à Phuket. Mon premier jour de travail était le 25 décembre 2012, et j'ai l'habitude de dire qu’Atsumi était mon cadeau de Noël.

- Pourquoi t'être expatriée en Thailande ? 

Mon experience avec la Thailande est étrange. La premiere fois que je suis venue en Thailande lors de mon tour du monde, je n'ai pas aimé,  et je m'étais promis de ne plus jamais revenir. Puis je suis finalement revenue quelques mois plus tard pour me former aux massages au Wat Pho à Bangkok et là : coup de foudre. Je venais ensuite chaque année en Thailande pour mes vacances. J'adore voyager seule en Thailande. Je m'y suis toujours sentie en sécurité. Je m'installais à chaque fois à Kao San Road, le quartier des routards. C'est un quartier assez décrié mais j'aime son énergie. Et quand je me formais au wat Pho, j'étais à 20 mn de mon école.
A chaque fois que j'atterris en Thailande j ai l'impression d'être à la maison. Je me sens chez moi. Et mon rêve à l'époque c'était de venir y passer ma retraite et d'y ouvrir mon studio de yoga. Je ne savais pas à l'époque que j aurais l'opportunité de venir y travailler et y vivre.

- Quelle est ton activité professionnelle ? 

Je gère la partie bien-être et detox d’Atsumi Retreat Healing Center. Je fais en sorte que nos clients qui viennent du monde entier aient la meilleure experience du jeûne. Le centre existe depuis 13 ans et ce fut le premier centre de detox à ouvrir à Phuket. 




- Où habites tu et pourquoi ? Qu'aimes tu dans ta ville ? 

J’habite à Rawai dans le sud de Phuket depuis 3 ans. Ce que j’aime, bien sur la météo et le fait de porter des tongs toute l'année. Mais surtout les plages ! quel plaisir apres une journée de travail de pouvoir aller nager tous les soirs !

- Qu’est ce qui te plais en Thailande ?

La gentillesse des thailandais, le rythme de vie (finie la vie stressante parisienne à courir partout), le fait que le sud de Phuket soit la partie de Phuket non fêtarde mais à fond sur le bien etre. La majorité des gens qui viennent dans le sud de Phuket viennent pour s’y ressourcer,  pour faire du yoga, de la boxe thai, manger végétarien ou raw food, faire une detox, etc. Ça correspond vraiment à mon style de vie. Et bien sur j’adore la cuisine thai  mais ped nid noi ! (pas trop épicée SVP !)

- Qu’est ce que tu aimes moins ? 

Le manque de culture. Les musées, les expos, les films indépendants me manquent. 

- Est ce que tu penses un jour rentrer en France ? et pourquoi ? 

Mon rêve ce serait 6 mois en France, 6 mois en Thailande.

- Des conseils pour des personnes intéressées par l’expatriation ? 

Ne partez pas sur un coup de tête. En 3 ans, j’ai vu beaucoup de personnes venir s’installer en Thailande et tout perdre. Votre projet doit être réfléchi, soyez sûr d’avoir déjà un contrat avant de venir. Soyez patient : l’administration thailandaise peut être très très très très pesante. Prévoyez une assurance santé avant de partir. Cela revient assez cher mais s’il vous arrive quelque chose les frais hospitaliers sont très chers. J'en ai fait l'experience. J'ai été opérée d'urgence d'une hernie discale il y a un peu plus d'un an. Les différents séjours hospitaliers, frais, rééducation, ont coûté plus de 7000 euro, heureusement couverts entièrement par mon assurance. Préparez vous à vivre sur le rythme thailandais. Ne vous énervez pas. Gardez le sourire. Rien n'est grave, rien n’est urgent, « Mai Pen Rai » comme on dit ici ce qui peut surprendre si on est habitué à un rythme français.

- Tu gères le centre Atsumi Retreat Healing Center. Peux tu m'en parler  ? Pourquoi y vient t-on et que peux t-on y trouver ? 

Depuis 10 ans maintenant, le centre holistique ATSUMI HEALING, à Phuket en Thailande, a aidé des milliers de jeûneurs du monde entier à détoxifier leurs systèmes physique et émotionnel de toutes les toxines provenant d’un environnement pollué et stressant. 

Le jeûne
De nombreux scientifiques se sont penchés sur les effets bénéfiques d’un jeûne sur le corps et l’esprit. L’organisme mis au repos élimine les surplus et se « purifie » et devient plus fort pour contrer les maladies. Pour un jeûne d’une semaine, on jouit d’un état de forme et de bien-être général qui va durer de 4 à 6 mois après le jeûne. 

Le jeûne est souvent utilisé en prévention des maladies.

Souvent pratiqué pour perdre du poids, une femme perdra environ 500 grammes par jour, un homme 1 kg par jour, mais les jeûneurs sont aussi surpris de la puissance du jeûne sur leur état émotionnel.
En effet, les symptômes tels que le stress, la fatigue, l’insomnie, l’anxiété, des difficultés relationnelles, la dépendance, les émotions fortes et incontrôlées, la colère, l’inquiétude, la crainte, la culpabilité ou l’impatience disparaissent après un jeûne et le jeûneur se sent renaître et dans un état de bien-être incroyable.

Le Centre ATSUMI HEALING propose toute l’année 3 cures, allant de 4 à 30 jours :

Le Jeûne complet 
Il s'agit du plus puissant des jeûnes, il est celui qui apporte le maximum d'avantages et garantit le meilleur niveau de détoxification.

Le jeûne à base de jus de fruits et de légumes 
Cette cure permet une détoxification tout en douceur.

Le jeûne à base d’alimentation « vivante » 
L'alimentation vivante est un régime alimentaire à base d’aliments crus, biologiques et alcanisants, qui n’ont subi aucune transformation, exception faite de la germination et de la fermentation.  Le centre ATSUMI HEALING a développé un menu délicieux et varié d’alimentation vivante pour préparer un jeûne, pour recommencer à manger après un jeûne, ou tout simplement pour  les personnes qui souhaitent assainir leur santé en douceur et changer leur mode de vie.



Le Centre Atsumi

«La nature qui entoure le Centre Atsumi vous enivrera tout au long de votre séjour. Elle apporte à votre corps et votre esprit la paix que vous êtes venu chercher ici. "
Le Centre Atsumi est situé dans un endroit isolé du sud de l'île de Phuket,  loin des routes, du bruit du trafic et des activités nocturnesCet environnement offre la paix et le calme pour profiter pleinement de la contemplationla méditation et la connexion avec la nature

Quatre catégories d'hébergement sont proposées, du confort simple des chambres de la Lake Side cottage ou des suites de la Bamboo House, aux larges chambres confortablement aménagées de la Yellow House, surplombant la piscine ou bien les villas bordant la seconde piscine avec vue sur les jardins tropicaux.

Les clients profitent de massages relaxants sous les palmiers surplombant le lac ou d’un soin au spa.

Chaque matin, les clients commencent et finissent leur journée par une séance de yoga, d'abdos, pilates, etc et déguste un thé au gingembre dans la grande salle de yoga en plein air. En fin d'après-midi, ils ont la possibilité de se relaxer dans un sauna traditionnel aux vapeurs d’herbes thaï et de citronnelle fraîche qui embaument l'air.


1 jour de jeûne chez Atsumi

      7h15 : Activités matinales : Yoga, promenade sur la plage et à la montagne, gymnastique, conférences concernant le jeûne (pourquoi le jeûne, comment remanger après un  jeûne, l’alimentation alcaline, etc…)

      8h15 : réunion quotidienne avec un Expert en Jeûne qui accompagne chaque jeûneur dans la progression de sa cure.

10h : première hydrothérapie du colon : Quelle que soit la cure choisie, le client effectue seul 2 irrigations du côlonLe processus est simplesûr et hygiéniqueAprès une formation initiale, deux fois par jour, les clients se rendent dans l’une de nos salles prévues à cet effet. 
Dans le cadre d’un jeûne, il est essentiel d’éliminer les toxines du corps rapidement. L’irrigation du colon est la méthode que nous utilisons chez ATSUMI HEALING pour éliminer les toxines et éviter qu'elles ne soient réabsorbées par le corps.

      12h : Plage ou visite de Phuket

      14h : 1 heure de massage quotidienne (Shiatsu, massage thai, massage à l’huile, réflexologie, Chi Nei Tsang (massage chinois de l'abdomen)

       16h : deuxième hydrothérapie du colon

       17 h : sauna

       19h : Activités du soir : Tai Chi, Méditation, Yoga

Pour toutes informations ou réservations, vous pouvez consulter le site internet : www.atsumihealing.com
Ou écrire à info@atsumihealing.com

- Peux tu me parler de Atsumi Raw cafe ? 

Le “Raw Café” est installé dans un jardin tranquille à 2 mn de la plage de Rawai. Le menu a été crée par une Chef Canadienne Colette Nickerson, spécialiste de la raw food. La raw food ou cuisine crue, ce sont tous les aliments qui proviennent du monde des plantes (salades, noix, graines, légumes, fruits) et qui n’ont pas été cuits pour conserver toutes leurs vitamines et minéraux.
Le café offre une sélection variée de mets végétariens et crus ainsi que de nombreux jus et smoothies. Tout est fait à la main et les ingrédients sont à 95 % bio. 


La plupart des clients sont surpris par la variété des menus et surtout par l’abondance des saveurs. On pense souvent que manger de la raw food c’est manger que de la salade et que c'est ennuyeux. Au Raw Cafe, nos clients peuvent manger des burritos, des burgers, des pizzas, des cheese cakes au chocolat, etc. mais tout est fait uniquement avec des plantes. La viande du burger est réalisée avec des graines qui seront déshydratées, le fromage de la pizza est fait avec le lait de noix ou d'amandes fermentées, les pâtes sont créées avec des courgettes, etc.
Un client qui mange de la raw food au Raw cafe ressort rassasie, satisfait, léger et plein d'énergie.



The "Raw Café"
99/1 Moo.7, Viset Rd. ,tambon Rawai , Muang Phuket, Phuket, Thailand
Heures d’ouverture  tous les jours : 09:00 - 20:30


Merci encore à Sophie et ses accents ; ) d'avoir pris un peu de temps pour moi !







PS : Si vous êtes expats en Thailande et que vous êtes sympas tout pleins et que vous souhaitez partager votre expérience avec mes lecteurs, n'hésitez pas à me contacter 
par mail à linischoice@gmail.com pour un interview très cool et très sympa ! 

Rendez-vous sur Hellocoton !

lundi 22 juin 2015

L'évolution de Bangkok.

Je ne vis à Bangkok que depuis 1 an et demi mais cela fait bien plus longtemps que je connais cette ville. Ayant encore de la famille ici, je venais régulièrement avec mes parents pour leur rendre visite quand j'étais petite.

Les tous premiers voyages, j'étais vraiment trop jeune pour m'en rappeler mais entre 1980 et 1991 j'ai du venir 6 fois, à chaque fois pour 1 à 2 mois à Bangkok et parfois quelques incursions dans le Nord vers Chiang Mai ou vers le plages de Cha-Am.

Une des rares photos de mes vacances en Thailande que j'ai. Ici à Cha Am. 
(les autres c'est mon père qui doit les avoir). 

S'il y a bien une chose qui m'a marqué c'est le changement de la ville de Bangkok. Je prends l'exemple le plus flagrant : la maison de mes grands-parents.

Un de mes tout premier souvenir de cette maison c'est surtout les manguiers dans le jardin et la verdure très très dense de l'autre côté du chemin. Je me rappelle aussi de l'épicier au coin de la rue où j'allais chercher des confiseries. Je jouais avec la petite voisine dans la rue sans être inquiétée par les voitures. Ma grand-mère faisait et fait toujours de la mangue séché (miam) et du piment maison (aïe aïe aïe ça pique fort les yeux/le nez/ la gorge)

Quelques années après, la verdure avait fait place à un grand terrain vague. Il y avait une petite paillote où j'allais parfois acheter un plat pour midi. Le petit épicier était toujours là. Avec la même petite voisine je jouais au jeu de la ficelle (vous vous rappelez ce jeu avec une ficelle où il fallait faire des figures). Et je me faisais littéralement bouffer par les moustiques.

Encore quelques années et le terrain vague avait été remplacé par pleins de petites villas. Au lieu d'aller chez l'épicier qui était en passe de fermer, je prenais le tuktuk seule pour aller au centre commercial tout nouveau tout beau. Avec ma tante (toute jeune à l'époque) on allait ensemble dans le centre-ville pour aller manger dans un des premiers MacDo de la ville, on pouvait traverser l'autoroute à pied (en faisant à peine plus attention que lorsque on traverse une avenue normale). Je passais des journées entières à jouer à Super Mario Bros, à dessiner la Petite Sirène (à tel point que lorsque j'ai revu ma Tante en 2008, elle m'a offert un porte clé Petite Sirène ...). 



La dernière fois que je suis venue en Thailande, j'avais 13 ans. En pleine adolescence, ce voyage ne m'enchantait pas plus que ça. C'était un peu la corvée car je savais que j'allais passer mon été dans cette maison et que j'allais m'ennuyer pendant que mes parents faisaient des emplettes/rencontraient des amis etc
Activités auxquelles je n'avait pas du tout envie de participer en plus (sale gosse ...)
Je me rappelle aussi que je ne comprenais pas la mentalité thaïlandaise : je ne comprenais pas pourquoi il y avait 3 générations sous le même toit et pourquoi tout le monde voulait toujours savoir ce que je faisais à tout moment. Je me rappelle surtout avoir attrapé la grippe et attendre toute trempée de sueur, avec une fièvre monstre, que tout le monde soit prêt pour m'emmener chez le médecin. La grand-mère voulait nous accompagner, mais on devait attendre que mon petit cousin rentre de l'école et que ma tante soit là pour le garder et elle devait bien sûr d'abord leur faire à manger.
J'ai conscience aujourd'hui que cela partait d'une très bonne intention mais avec l'adolescence + fièvre + ras le bol, je n'avais aucune tolérance et je n'ai pas compris. A tel point que je n'aie plus eu envie d'y retourner pendant très longtemps.

C'est sans compter que ma mère ne m'a pas vraiment éduqué dans l'amour de la Thailande. Je n'ai jamais appris le thai (sauf avec ma tante et ma grand-mère à chaque fois que je venais en vacances), je ne connais pas grand chose aux traditions/us et coutumes/habitudes thaïlandaises.
Tout ce que je sais je l'ai appris seule.

Bref, quand on s'est marié avec Chéri (bientôt 7 ans !), il m'a proposé d'aller en Thailande pour notre voyage de noces. Honnêtement j'avais pas très envie d'y aller. C'est uniquement parce qu'il a insisté en disant qu'il voulait découvrir mon "autre" pays (pour rappel l'autre c'est la Suède) que j'ai accepté.
Je ne savais pas trop ce que j'allais y trouver.

Premiers pas en Thailande après de longues années ! 

On venait de se faire tatouer aux poignets ; ) 

J'ai été bluffée ! J'ai adoré Bangkok et la Thailande. Je retrouvais certaines choses que j'avais adoré à Tokyo, la démesure et la folie en plus.

Et la petite maison ?
Et bien elle existe toujours. Il n'y a plus de manguiers. Plus d'épicier. Certaines villas ont été remplacées par des immeubles et il y a un arrêt de BTS pas loin (station Mochit - celle que vous empruntez pour aller au marché du weekend Chatuchak). La grand-mère est toujours là, toute toute petite et pliée en deux, mais toujours avec un grand sourire !

Au premier plan, ma tante et ma grand-mère. Pas souriante pour le coup ... 

La ville a énormément changé. En bien ou en mal, là n'est pas la question. Je n'ose même pas imaginer comme elle a changé pour grand-mère !

Pour mieux vous en rendre compte, une vidéo sur laquelle je suis tombée sur Youtube, qui vous montre l'évolution de Bangkok en 1 dizaine d'années. On voit les quartiers changer, la circulation s'intensifier, les piliers de BTS monter ...
Mais avec la constante des bus et des tuktuk qui ne changent pas ; )

           

Bon, si je déniche de vieilles photos, je vous les fais passer ; )

Et vous ? votre ville a t-elle beaucoup changée ?


Rendez-vous sur Hellocoton !

vendredi 19 juin 2015

Comment se déplacer à Bangkok.

Si il y a bien une chose qui me manque depuis que je suis installée à Bangkok c'est ma voiture.

J'ADORE conduire et ma belle New Beetle cabriolet (Beetloute pour les intimes) était juste parfaite pour la Côte d'Azur mais aussi pour de longs voyages.

Nan je n'ai pas fais le Rallye avec la Cox ... Mais je cherchais des sponsors ; ) 
Ce n'était pas vraiment possible de l'importer ici (100% de taxe dessus ... non merci), donc on la laissée aux bons soins du cousin de Chéri. En espérant qu'il veuille bien me la filer les quelques fois où je reviendrai sur la Côte ...

Donc, comment se déplacer à Bangkok ? 


A pied : 

J'entends souvent des gens (qui n'habitent pas ici) dire : " ça va, tu peux marcher 500m non ?" 
Euh oui je peux. Bien sûr. 
Mais en combinant les facteurs : chaleur de dingue, pollution, trottoirs parfois défoncés/toujours encombrés, ville immense, on oublie rapidement.
Sauf si c'est pour une visite/promenade avec du temps devant soi et une clim portable ... 



A vélo : 

nan merci je suis pas suicidaire ! Mais je sais qu'il y a des adeptes. Mais honnêtement avec la pollution et surtout le fait que les motos/taxis/voitures/camions n'en ont rien mais RIEN à faire votre joli vélo et votre sécurité, j'éviterai ! 

Il existe un circuit près de l'aéroport international de Bangkok mais j'ai lu qu'il serait fermé pour 4 mois.
Pour plus d'infos rdv sur le site Thaitravelblogs.com


En voiture : 

En arrivant ici, on s'est dit qu'on achèterai une voiture dans l'année à venir. Sauf qu'à moins d'habiter en dehors du centre je vois pas vraiment l'intérêt. Bangkok est continuellement embouteillée et à moins d'avoir une passion pour les bouchons et de la patience, je vois pas qui voudrait rester des heures coincé dans sa voiture. Vous pensez qu'à Paris ou les grandes villes il y'a des bouchons ? C'est que vous n'avez pas vu Bangkok, où on peut faire 10mètres en 1 heure (véridique). 

ça c'est tout le temps. Jour/nuit/semaine/weekend ...


en BTS / le métro aérien : 

Un des moyens les plus pratiques et simple d'utilisation de Bangkok. Pour l'instant il n'y a que 2 lignes mais ça va s'agrandir. 
C'est rapide, ponctuel, propre, sûr (gardes sur toutes les plate formes) et on a souvent de belles vues sur la ville ! Par contre c'est parfois de vraies glacières, donc n'hésitez pas à prendre un foulard pour vous protéger la nuque. 


Pour l'utiliser, rien de plus simple. 

Dans chaque station vous avez des bornes comme celle ci-dessous. Elles vous donnent le prix à partir de la station où vous êtes jusqu'à celle de destination. On paye par pièces, elles n'acceptent pas les billets (si vous n'avez pas de monnaie, faites le change au guichet, puis revenez à la borne. Attention le guichet ne vend pas de ticket ! ) 
Si vous êtes en famille à savoir que les tickets s'achètent 1 par 1. Vous ne pouvez pas en acheter plusieurs en même temps. 

Photo : travellikeaboss.org

Vous obtiendrez un ticket à passer dans la borne pour accéder au BTS. Récupérer le ticket et passez vite avant que les barrières se referment sur vos hanches (ça fait mal ... J'ai essayé pour vous)
A l'arrière du ticket vous verrez un plan du BTS très pratique. Mais ne vous inquiétez pas, au dessus de chaque porte il y a un plan et sur certains les centres d'intérêts principaux. 


Si vous êtes un utilisateur régulier vous pouvez acheter une carte rechargeable vendue au guichet (à recharger au guichet). Pour celle-ci il suffit de la passer sur le censeur de la borne. 



Essayez d'observer ces 2-3 petites règles de courtoisie. 

C'est simple. La queue se fait sur les lignes désignées par les flèches jaunes sur fond noir. Je sais ça a l'air évident, mais vu le nombre d'expats/touristes qui ne les respectent pas, je me dis qu'il est bon de le rappeler (exception faite de la mama thai qui n'en à rien à faire et se plantera au milieu et poussera tout le monde pour rentrer en premier ...)



Ne marchez pas sur la bande jaune du bord. De toute façon le garde vous le rappellera à grands renforts de coups de sifflets bien stridents. 


Comme vous êtes des gens courtois, je sais que vous laisserez bien évidemment votre place aux personnes âgées/femmes enceintes etc ... 
Sauf qu'ici il faut rajouter les moines et nonnes bouddhistes. On leur laisse sa place !!! 




                             
Je sais ... je dois filmer dans l'autre sens ... 



Le MRT / Métro souterrain : 

Récent, pratique, très très propre, très très froid, très ponctuel et avec le WIFI, le MRT n'a pour l'instant qu'une ligne mais elle est connectée à certaines stations de BTS. 
On peut payer avec des billets de 100 bahts maximum aux bornes à écran tactile (no panic, vous pouvez passer en version anglaise). Comme pour le BTS, on ne peut acheter qu'un ticket à la fois. Si vous êtes en famille, le plus simple est de passer au guichet attenant. 

Vous obtiendrez un jeton noir à garder jusqu'à destination. 
On peut aussi acheter des cartes à recharger mais il n'y a pas encore de cartes conjointes au BTS et MRT ... 



Les mêmes règles de courtoisie s'applique ici. Aussi,si jamais vous êtes à un des terminus, attendez qu'on vous autorise à monter. Les wagons sont nettoyés à chaque fois (hé oui !!!!!! ça change hein ? ) 



Voici le plan du BTS, MRT, BRT (ligne de bus rapide - je l'ai jamais utilisée) 
et l'ARL (Airport Railway Link - très pratique pour se rendre directement à l'aéroport)




Le taxi : 

Si il y a une chose qui ne manque pas à Bangkok. c'est les taxis. Pratiques, peu cher, nombreux ... 
Impossible à rater vu qu'il sont tous pleins de couleurs bien fluo qui font mal aux yeux ! 


Sauf que c'est toujours un peu la roulette russe. 

Il y a bien sûr de vrais pros très sympas et qui conduisent bien mais vous pouvez aussi tomber : 

- sur le mec qui refuse de mettre le compteur (très souvent ! prenez en un autre)
- celui qui ne sait pas où vous allez (tous ... ne pensez pas qu'ils connaissent toute la ville, elle est tentaculaire. Pensez à avoir un plan ou au moins un numéro de tel de l'endroit au cas où. Oubliez le GPS, ils ne savent pas/veulent pas l'utiliser)
- le mec qui veut vous emmener dans la boutique de son cousin (c'est ça oui, prends moi pour une truffe ...)
- le mec qui roule comme un gros taré, très vite, très près des autres, sans respecter les feux rouges ... 
- le mec qui vous insulte mine de rien parce qu'il sait que vous ne comprenez pas 
- le mec qui refuse la course parce que "Traffic today" ... bah mon gars, c'est tous les jours donc ... 
- le mec qui refuse la course parce que ... [insérer une raison au hasard]
- le mec dont la bagnole part en morceaux ... 
- le mec qui conduit très très mal et ne sait pas utiliser sa boite manuelle ... 

Depuis peu il y a Uber ici mais surtout des services comme Grab Taxi qui garantisse un minimum quand même de services et de fiabilité. Vous commandez votre taxi via votre application smartphone (vous pouvez même les booker au minimum 2 heures avant pour des trajets style aéroport).
Attention cependant car parfois le taxi qui est censé se trouver à 5 minutes de chez vous peut en fait mettre 30 minutes à arriver à cause de la circulation. Sont pas encore au point de ce côté là ... 

Cliquez sur le logo pour aller sur leur page


Le moto taxi : 

En général présent à chaque début de soi (les rues perpendiculaires aux avenues) , les motorsai sont comme le nom l'indique des taxis mais en moto. Ils sont en général présent au début et fin de chaque soi. Faciles à reconnaître avec leurs vestes oranges ! 


Je ne maîtrise pas du tout encore l'assise en amazone ... Je vois souvent les femmes thaïes tenir leur sac d'une main, leur téléphone de l'autre. Je sais pas comment elles font !
Photos : Fastcompany.com
Extrêmement pratique, pas chers, ils sont surtout utiles pour des relatives courtes distances. Ça fout un peu les jetons au début mais on s'y fait !  Par exemple moi je prends régulièrement un mototaxi de Sukhumvit soi 13 à Terminal21. J'en ai pour 3-4 minutes et 20 bahts. 
Eux portent un casque, vous non par contre. Ils en ont parfois pour le passager mais j'ai pas envie de mettre ma tête là où des milliers d'autres ont sué dedans. Si c'est pour un usage quotidien, mieux vaut acheter votre propre casque. 
Les motorsai servent aussi de coursier, très pratique ! 
Prévoyez de la monnaie par contre, difficile pour eux de rendre sur des billets au delà de 100 bahts. 

                                 
Un de mes trajets réguliers pour vous donner un aperçu ; ) 


Le tuktuk :

Aaahh le TukTuk , symbole des vacances en Thailande, coloré et folklorique. 
Bah je le prends quasi jamais. Ou alors à la période de Songkran parce que je n'ai pas de scrupules à monter dedans en étant trempé, ou quand je n'ai vraiment pas le choix. 


Mais c'est rigolo (1 fois) quand on vient en touriste. 

Le prix se marchande avant de monter dedans et on refuse TOUTES offres alléchantes de tours en tuktuk à 50 bahts/l'heure. Ils ne feront que vous emmener dans des supers boutiques/restos/hôtels dans lesquels on vous forcera la main pour acheter quelque chose. 
On y est en général aussi très très mal assis et on se prend toute la pollution dans la tronche ... 

Le seul que je prends régulièrement c'est celui de ma résidence (beaucoup en ont) qui m'emmène dans les soi alentours de 07h du matin à 18h. 


Le bus  : 

J'ai pas encore tenté le bus, parce que déjà qu'il y a des bouchons toute la journée, si c'est en plus pour faire le trajet dans un bus qui a 50 ans et sans clim, c'est non. Idem pour les Songthaew (mini bus/pick up), je ne sais pas trop comment ça fonctionne en terme de prix/trajet etc 





La voie fluviale : 

Suivant où vous êtes, les navettes fluviales sont très pratiques et surtout font gagner beaucoup de temps. 
Vous avez d'abord le Chao Phraya Express qui comme son nom l'indique navigue sur le fleuve Chao Phraya. 
On paye à bord (rapidement), et on monte et descend très rapidement aussi ! 
Plus de détails sur l'article ICI


Le BTS rejoint l'embarcadère principal au niveau de l'arrêt BTS Saphan Taksin. 

Et j'ai découvert récemment les khlongs taxis. Des bateaux qui naviguent donc dans les canaux innombrables de Bangkok. Très pratiques et pas chers mais il faut être agile pour monter/descendre à toute vitesse en enjambant la barrière et en sautant dans le bateau/sur l'embarcadère. 
Les filles (et les garçons) si vous êtes en jupe crayon bien serrée et en talons, vous oubliez ... 

Pareil on paye à bord rapidement, et on monte/descend très très très rapidement en faisant très attention de pas se vautrer dans les eaux bien noires des canaux. 
Conseils, faites comme les thaïs. Relevez la bâche plastique pour pas vous prendre des "embruns qui piquent la peau très fort " ...




Cliquez ICI pour un plan plus détaillé. 

Bon voilà ! J'espère que cet article vous aider pour vous déplacer à Bangkok. 
Sinon il y a l'hélico ... 



Rendez-vous sur Hellocoton !

lundi 15 juin 2015

La TV en Thailande.

Quand on s'est expatrié en Thailande, le moindre de nos soucis c'était la TV. Mais en fait on aurait du parce que parfois c'est quand même complètement WTF ...


Comme en France, il existe des abonnements style Canalsat, Free and co.
Dans notre immeuble, on a une offre avec TOT incluant of course internet mais aussi la TV.
Comme en France, on choisi son pack. Autant vous dire que le pack de 20 chaines sur le foot je l'ai jeté par la fenêtre.

J'ai donc quelque chose comme 250 chaines, 30% sont en anglais heureusement.
Dans le lot j'ai des préférées comme :
- NHK parce que c'est pleins de reportages sur le Japon
- HBO movies parce que c'est pleins de films
- Nat Geo People parce que c'est plein de documentaires

Je zappe bien évidemment entre pleins d'autres chaines, j'alterne avec l'Apple TV et surtout je télécharge légalement (hummm) pleins de films/séries (faudrait d'ailleurs que je me fasse un tableau pour savoir où j'en suis entre toutes les séries ...)

MAIS j'ai aussi mes chaines TV complètement WTF ...

Je ne parle même pas de TV5 Monde (au passage ma seule chaine francophone) qui devrait être rebaptisée TV suicide ... Hormis la diffusion de quelques reportages du style Racines et des Ailes que j'adore, on alterne entre des Derrick sauce française, des reportages des années 80 et des films inconnus au bataillon et horribles à regarder. Bref, bien déprimant.

Je ne parle pas non plus des chaines thais avec leur lakorn (drama/sitcom à la sauce mielleuse) insupportables. Je les regarde déjà pas en France alors ici ...

Le truc, c'est qu'il y a parfois un fossé culturel que même avec la plus grande ouverture d'esprit j'ai du mal à franchir. Parmi mes chaines j'ai donc aussi des chaines chinoises et indiennes.

Par exemple, l'autre jour je regardais Channel [V] China, un équivalent de MTV. Jusque là tout va bien, certaines chansons sont même très bien et puis je tombe sur ça. J'ai vérifié, j'avais pas pris de drogues ...


            

Comment dire ... J'ai pas compris. Je ... enfin voilà quoi ...

Mais mon palmarès de chaines WTF va aux chaines indiennes. J'ai du mal à m'adapter. Je me dis surtout que si la Californie part dans l'océan comme dans le film San Andreas, et bien on est mal barrés vu que Bollywood est le second producteur de films au monde.
Déjà qu'on est pas gâté avec pas mal d'acteurs en Europe et US, là c'est quelque chose.
Un tout autre niveau !
Entre les voix off pour t'expliquer ce qu'il se passe parce que sinon tu comprends rien en faisant les gros yeux pour faire passer "l'émotion", les long silences qui sont censés tout dire, les situations ubuesques, les effets spéciaux OMGsamèrec'estpaspossible, l'overdose de couleurs fluo, les filles certes souvent sublimes mais qui jouent mal mais mal et les mecs souvent très très poilus/machos/moustachus/village people (et une tendance à toujours se tenir les jambes très écartés et les sourcils froncés) et qui jouent supers mals on est VRAIMENT pas gâtés ...

Ma chaine la plus WTF c'est en fait LIFE OK. Cette chaine c'est des séries/sitcoms toute la journée qui rivalisent toutes d'inventivité pour te surprendre.
Mais Life Ok c'est surtout la chaine qui héberge la série à succès "Supercops VS Supervillains".

Je ne sais pas si les effets spéciaux pourris sont faits exprès, si c'est comique exprès, si c'est débile exprès, si c'est super mal joué exprès. Tout ce que je sais c'est que c'est tellement série Z que ça en devient génial.


Cette série passe souvent vers 23h et on en regarde un bout avant de nous coucher just pour rire aux larmes. En gros c'est des flics qui se battent contre des démons/extra-terrestres/sorcières ...
C'est juste génial mais complètement WTF puissance 1000.

Pour le plaisir et pour que vous compreniez bien le niveau voici des extraits :


             
             

Donc voilà, pour compenser je regarde des séries et des films à fond. D'ailleurs si vous avez des recommandations, c'est avec plaisir !

Voilà pour mes problèmes existentiels télévisuels.


Rendez-vous sur Hellocoton !

vendredi 12 juin 2015

Bangkok Concrete Jungle

Quand j'ai annoncé que je partais vivre à Bangkok, beaucoup de gens m'ont prise pour une dingue.

Comment pouvais-je (ça se dit ça ?) aller m'installer dans cette ville folle et chaotique alors qu'il y a des plages paradisiaques à ma portée ?
Entre Phuket, Samui, Koh Lanta, Ao Nang et autres, la plupart des gens ont en tête les clichés (réels) de cocotiers, eaux transparentes et plage de sable blanc en tête.
On s'imagine sûrement que je me balade en maillot et tongs toute la journée et que je passe ma journée à lézarder sur un transat un cocktail à la main.

Dans ce genre là quoi ...

Four Seasons de Samui
Notre jolie vue de la villa louée à Samui
Petit cocktail à Railey Beach 
Une baleine à  Phra Nang beach

Bref, oui c'est vrai que la chaleur tropicale, les plages et la mer à 28C minimum toute l'année sont des arguments chocs. Mais la plage au bout de 2 (allez 3 semaines) c'est chiant.
Ce que j'aime en Thailande c'est Bangkok.

Bangkok, ville folle, chaotique, embouteillée, bruyante tout en contraste avec des buildings ultra modernes, des immeubles délabrés juste à côté, des bicoques sur pilotis un peu plus loin ...
Oui c'est une ville dingue, la nature n'est pas très présente et elle pue même pas mal parfois à l'approche des khlongs (encore que je me suis habituée).

Vue d'un hôtel vers Sathorn
Vue sur la résidence de l'Ambassade des USA 
Vue de la grande roue d'Asiatique 
Vue de l'hôtel Muse

Mais j'adore cette ville, j'adore cette jungle de béton et oui j'y trouve une certaine beauté. J'aimerai avoir plus le temps (je vous rappelle pour ce qui ne suivent pas que je ne passe pas ma journée sur un transat ...) et de patience pour partir des journées entières photographier la ville .

Chinatown

Chinatown

Vers Siam Square

Pont Rama VIII

Vue sur le Chao Phraya 

Bref, Bangkok c'est ma Gotham à moi avec sa skyline de folie.
Bangkok c'est la maison, elle est peut-être pas la plus jolie ni surtout la plus verte mais moi je l'aime.

Une des vues à partir de la maison

L'autre vue de la maison


BTS à Siam Paragon

Vue d'un bureau vers Central World

Si si , Bangkok peut-être sublime si on prend le temps de la regarder et d'aller au delà  de la première impression ! Bangkok c'est Blade Runner en vrai avec quelques havres de calme et de nature par ci par là. Cette ville vous en mettra plein la vue, les oreilles et aussi le nez !

EmQuartier en construction
EmQuartier, le nouveau centre commercial à Phnom Pong


Les escalators de Central Embassy (oui les gens la tête à l'envers c'est normal)

Intersection Sukhumvit soi 19
Bon évidemment si vous êtes des amoureux du calme, de la nature, de l'air pur et des chèvres qui gambadent dans les prés oubliez Bangkok ...
Mais il y a pleins pleins d'autres endroits qui vous plairont.

Moi, c'est Bangkok. Je sais ... je suis dingue.


Rendez-vous sur Hellocoton !