lundi 14 mars 2011

Réflexion sur la compassion sélective...

Ne vous inquiétez pas je ne vais pas partir dans un grand débat philosophique. Au vu des heures passées à tout faire sauf écouter les cours de philo en Terminale, il n'y a pas de risques.
C'est juste une petite réflexion que je me suis faite face aux tragiques événements au Japon.



Depuis Vendredi je suis collée  aux fils news, aux JT que ce soit à la TV ou sur le Net ...
J'essaye de relayer des contacts, liens qui pourraient éventuellement aider.
Ma page perso FB habituellement émaillée de statuts à l'humour fou, n'est que Japon, Japon, Japon ...

Je n'ai pas de famille là bas (hormis une tante thaïlandaise qui est interprète Japonais/Anglais/Français et qui fait très régulièrement le voyage à Tokyo - heureusement elle était en Thaïlande à ce moment), pas de collègues, pas d'amis...

Je n'ai qu'une immense affection et admiration pour un peuple, pays, culture qui m'ont émerveillés bien avant mon séjour en 2000.

Alors évidemment le fait d'être constamment aux nouvelles n'aide pas à faire baisser l'inquiétude. Entre les discours alarmistes, les communiqués locaux rassurants, les images de fin de monde qui contraste avec le comportement toujours très mesuré des Japonais, je suis un peu perdue.

Et depuis Vendredi, je ne cesse de me dire que j'ai une compassion sélective et je n'en suis pas très fière. Pourquoi ?

Parce que je me sens bien plus concernée par le Japon que par tout autre événement naturel, politique, humain qui a pu arriver ces dernières années. Alors bien sur j'ai été touchée par Haïti, par les révolutions au Moyen-Orient, la Lybie... Mais vraiment pas autant ...
J'ai été bouleversé par le Tsunami en Asie, d'autant plus que la Thaïlande était touchée (ma tante a d'ailleurs été sur place pour aider les survivants en tant qu'interprète - 8 langues au compteur ça aide). Mais je dois , à ma grande consternation,  avouer que pas autant que ce qui se passe au Japon...

Alors bien sur, nous avons tous des affinités, des raisons qui nous poussent à éprouver plus d'empathie envers tel ou tel événement. Je pense aussi que si on accordait la même émotion à toute catastrophe, on finirait par craquer émotionellement.
Mais je n'en suis pas bien fière, je pense que je devrai être touchée de la même manière où que se passe la tragédie. Et là il est plus qu'évident que ce n'est pas le cas du tout !!


Je tourne un peu en rond dans ma réflexion par mauvaise conscience. Ce n'est pas juste. Absolument pas. Mais c'est ainsi. Est ce mal ou normal ? ça me travaille beaucoup et je me dis que si je suivais les préceptes bouddhistes je pourrai peut-être atteindre la "grande compassion".
Les Bouddhistes affirment qu'avec la pratique ,cette aspiration devient complètement spontanée, rayonnant naturellement dans toutes les directions de l'univers en manifestant la même intensité affective qu'envers un parent ou un enfant, et en actualisant le même engagement de soin, d'attention et de prévenance.

Mais je ne pense pas être assez sage pour ça et je n'ai pas la vocation de Bouddha.

Alors c'est avec pas mal de mauvaise conscience que je continue à espérer pour le Japon.
Espérer que les pires scénarios ne se réalisent pas.
Espérer que la probabilité de 70% d'un séisme de magnitude 7 dans les 3 jours qui viennent soit fausse.
Espérer qu'il n'y ait pas un 2ème tsunami suite à cet hypothétique séisme.
Espérer qu'une solution soit trouvé pour les centrales nucléaires.

Espérer que le destin laisse du répit aux Japonais pour qu'ils puissent commencer à se relever, panser leur plaies, pleurer leur morts.

Et espérer très égoïstement que je puisse vite revenir au pays du Soleil Levant ...

Rendez-vous sur Hellocoton !

5 commentaires :

laviereveedunefee a dit…

Tu sais, c'est déjà une belle chose que de tourner tes pensées vers ces gens et leurs malheurs, d'autres étroits d'esprits n'en ont que faire de ce qui arrive car c'est loin et ils ne se sentent pas concernés.

Pour Haïti, je ne m'étais pas sentie touchée car en Australie, j'étais assez coupée des news du monde mais en revenant en France, je suis tombée sur le zapping le 1er janvier et je n'ai pu retenir mes larmes.

Eilinn a dit…

C'est normal tout ça!! Je ne me sens pas trop concernée par ce qui se passe au Japon, ni à Haïti et en Thaïlande à l'époque je me disais "sélection naturelle..." etc. jusqu'au jour où j'ai vu les noms de ma meilleure amie et toute sa famille sur la liste des disparus! Là, j'ai craqué! Heureusement c'était une liste qui comprenait tous les Norvégiens enregistrés comme étant dans la zone la semaine du tremblement de terre, mais ils étaient rentrés des Seychelles depuis (la liste a été publié début janvier)et ils étaient tous sains et saufs.
Notre cerveau semble être plus ou moins programmé pour pouvoir gérer des chocs graves et se détacher des évènements qui ne nous concernent pas directement pour pouvoir aller de l'avant et progresser dans la vie - mais dès qu'il y a un lien plus fort, ça nous touche. Pareil quand les Twin Towers sont tombées - j'y avais été, je connaissais l'immeuble, j'ai eu des sensations fortes au sommet d'une des tours (car j'ai le vertige et l'immeuble bougeait dans le vent)... Depuis les premières vidéos que j'ai découvertes en temps réel par hasard à la télé le 11 septembre, je n'arrivais pas décrocher, j'ai regardé toutes les émissions d'info et j'ai envoyé des SMS live à mon copain qui bossait et n'avait pas su ce qui s'était passé - il croyait que j'avais perdu la boule, que j'hallucinais... Je ne suis pas Américaine, bien que j'ai de la famille là-bas, mais j'ai un lien qui ne s'explique pas, c'est comme ça! ça ne m'empêche pas d'avoir de la compassion pour les gens qui sont touché par d'autres catastrophes, mais ça s'arrête là - un mécanisme de survie..?

Joufflette a dit…

Je comprends tout à fait ce que tu veux dire, je suis concernée aussi !
Et je vais même parfois plus loin, et je choque avec ça mais.. Parfois je me sens plus triste pour des tragédies touchant les animaux que pour celles des hommes !
Je suis peut être monstrueuse, mais tant pis.

clarisse a dit…

Hello Lini
je te suis sur ce sujet car je crois que dès que nous sommes attachés à un pays ou une nation pour n'importe laquelle des raisons, notre affectif prend le dessus. On ne peut pas absorber TOUTE la misère du monde mais un jour nous sommes plus touchés.
Je ne sais pas si tu connais ce blog http://www.japanthroughblueeyes.com/ mais il reflète très bien les sentiments actuels de ceux qui y vivent et il met lui même un autre lien très intéressant.
Belle journée à toi malgré tout
Cla cla

lunefantasy a dit…

te dire... tu l'as déjà compris en venant dans mon antre bloguesque que mon amour du Japon est là bien réel, il remonte à (ou la la la 26 ans en arrière...)
ça reste, c'est là
et oui je l'avoue, j'ai pleuré devant Haiti, je hurle (de rage) devant la Lybie, etc... mais c'est pour le Japon que je me démène
Aucun jugement, juste un fait