vendredi 8 août 2014

Apprendre à travailler avec les Thais ... [ Patience requise ]

Avec notre projet sur les rails, nous apprenons beaucoup de choses en terme de relationnel professionnel en Asie et en Thailande.


Les relations avec les prestataires de services : 

On ne commence pas une conversation par le vif du sujet mais par du bavardage informel et en prenant un verre d'eau/thé/café avant. Si il peut y avoir des petits biscuits c'est encore mieux ! 


Nous qui sommes habitués au tout internet/mail/Skype etc , on doit se réhabituer au coup de fil et aux rendez vous de visu. Parce qu'ici les réponses aux mails c'est un peu aléatoire ... Lors de nos diverses recherches, disons que le taux de retour ne doit pas excéder les 15% quand on a de la chance !
Je déteste passer des coups de fil ...


La ponctualité est un concept révolu. En même temps cela se comprend avec les bouchons constants à Bangkok. C'est pas grave on boit un thé en attendant ...


La réactivité est à 2 vitesses. Parfois on a pas de news pendant des jours et des jours, et parfois tout se fait à une vitesse dingue.

Trouver une info sur Internet tient du miracle. Quand il y a un site de société, il est souvent en thai ou en thenglish (mélange thai et english). Quand ce n'est pas un site c'est une page FB où il n'est même pas envisageable de laisser un message en anglais. On en revient au bon vieux Pages Jaunes (le livre pas le site ...) et encore faut il que la société s'y soit enregistré, et au bouche à oreille ...
ça c'est très très frustrant de ne pas trouver les infos aussi rapidement que je le voudrais ...


Il faut décrypter les sourires, les non dits, les silences, les pauses, les oui (c'est vraiment oui ou oui mais ? ) et les non (euh en fait ils disent pas non mais c'est difficile, c'est compliqué, on va voir ...), les "Ok ça sera fait demain" (dans les faits c'est JAMAIS demain !!!)
Au fait les sourires il parait qu'il y en a plus de 18 formes :

                           - Yim Chaeng : un grand sourire
                           - Yim Chuean : un sourire penaud                          

                           - Yim Duai Pak Thak Duai Ta : sourire avec la bouche, 
                              mépriser avec les yeux
                          
 - Yim Haeng : un sourire sec
                           - Yim Koe : 
 un sourire amical non reconnu ou non renvoyé
                           - Yim Krim :
 un sourire qui exprime la satisfaction
                           - Yim Noy Yim Yai : 
sourire joyeux
                           - Yim Paen :
 un grand sourire
                           - Yim Sao Sao :
 un sourire triste
                           - Yim Su :
 sourire encourageant
                           - Yim Tae :
 sourire épanoui
                           - Yim Wan :
 un sourire doux
                           - Yim Yae :
 un sourire honteux
                           - Yim Yaem :
 une personne souriante et encourageante
                           - Yim Yè :  un sourire bête
                           - Yim Yi Yuan :
 un sourire provocant
                           - Yim Yo :
 un sourire dédaigneux
                           - Yim Yong :
 un sourire contenu



Les relations avec les employés : 

Je pensais en connaître un rayon. Après tout mon tout premier poste de management d'équipe je l'ai eu à 20 ans et j'en ai fais pendant pas mal vachement beaucoup de temps. Encadrer, former, superviser des équipes j'adore ça. J'adore aussi détecter des potentiels chez des gens et les développer, leur ouvrir d'autres perspectives et de nouvelles compétences.
Je crois que je faisais ça assez bien et mes relations avec mes équipes ont toujours été bonnes. J'ai toujours mis la bonne humeur et le bien être de l'équipe avant tout, même si parfois ça a du me mettre en conflit avec les exigences économiques de la boîte.


Ici j'apprends de nouvelles choses. Je ne généralise pas (je me base sur mon expérience) mais les relations patrons/employés sont quelque part beaucoup plus familiales. Un employé s'attend à être encadré, suivi de façon presque maternelle/paternelle. On s'enquiert de sa famille, de ce qu'il a fait dans son weekend, on oublie pas les anniversaires, on s'inquiète si on le sent pas dans son assiette.

On a aussi droit à  beaucoup des questions qui peuvent sembler très indiscrètes sur notre vie personnelle et sentimentale, sur comment Chéri et moi on s'est rencontré, comment on est tombé amoureux ... Évidemment le partage de photos mariage/enfant... est quasi obligatoire ; )

On communique 100 fois mieux par Line (service de messagerie comme Viber/What's app) avec eux. Mais attention avec des smileys, stickers à tout va pour ponctuer les phrases.

Voilà le genre d'échange qu'on a. Et là c'est calme en terme de stickers ...
Ou comme aujourd'hui quand on a eu envie d'étrangler un prestataire ...
 Oui son surnom c'est Prairie (les Thais ont toujours un surnom qu'ils utilisent à la place de leur prénom). Je lui aie pas encore dis ce que cela voulait dire en français et qu'elle me faisait penser à la Petite maison dans la prairie ...

Il faut savoir que dans un pays de quasi plein emploi (j'en connais qui vont me sortir des chiffres pour me prouver le contraire et me faire une étude socio éco...), les employés ne se sentent pas particulièrement attachés à une société. Sachant qu'ils peuvent retrouver du boulot quasi du jour au lendemain, les Thais veulent avant tout se sentir bien dans leur boulot . Ce n'est pas qu'une question de salaire mais de pouvoir préserver une qualité de vie. Leur insouciance quant à leur avenir les rend du coup très prompts à s'amuser au boulot mais parfois moins impliqué et fidèles. A salaire équivalent voire même un peu inférieur, ils choisiront l'entreprise où il se sentent le mieux.
Les Thais bossent durs mais il faut savoir préserver et leur offrir des moments de sanuk (concept thai qui veut dire divertissement/joie/bien-être/marrant ...).


Par exemple l'autre jour, après une très longue journée de réunion, on a proposé à l'équipe d'aller manger un bout ensemble. On a tout de suite vu que ça leur faisait super plaisir et qu'ils appréciaient le geste. On les a emmené dans un resto qu'on aime bien Oskar sur Sukhumvit soi 11 (cuisine tendance française).
Ce qui nous a beaucoup surpris c'est qu'ils nous on demandé de choisir à leur place. On l'a donc fait à la thai, on prenant pleins de plat où chacun allait piocher. Comme ils étaient curieux, on leur a aussi fait goûter une assiette de charcuterie et de fromage français (des trucs softs en terme de goûts). Ils ont appris comment manger le fromage avec des morceaux de fruits/de noix/pain et beurre. Un nouvel apprentissage gustatif pour eux et on sait qu'on a au moins converti notre designer qui a fini en douce tous les fromages ; ) Il était d'ailleurs très curieux sur le vin et les accords avec le fromage. On passera donc au niveau supérieur la prochaine fois !!
Bref un moment relax et très sympa, qui nous a permis de mieux connaître notre équipe et de souder des liens. On a parlé voyages, Europe, différences culturelles, relations amoureuses ...
J'ai surtout passé mon temps à faire des post it mentaux pour me rappeler des us et coutumes, ce qui leur plaît ou pas, leurs envies et aspirations ...

Tout ça pour dire qu'on apprend beaucoup de choses en Thailande. Parfois agréables, parfois moins, déstabilisantes mais toujours instructives.
Et surtout que ce long texte m'a aidé à me calmer (on ne doit jamais s'énerver et donc perdre la face ici) après une énième déconvenue avec un prestataire qui commence sérieusement à me les gonfler.

Au départ je voulais juste exprimer ma colère et poster une vidéo délicieusement absurde comme je les aime. Le genre de vidéo qui montre ce que j'aimerai leur faire avec une cuillère oui oui oui une cuillère . 

Donc, voilou la vidéo sur  "le meurtrier horriblement lent et inefficace  " ...
Débile et inutile. J'adore !





Rendez-vous sur Hellocoton !

2 commentaires :

lejaponautrement a dit…

Je découvre ton blog et cet article est franchement passionnant. Je l'ai lu (j'ai rigolé un peu) et je l'ai traduit à mon japonais de mari qui a rigolé aussi (des thai on en a dans notre entourage, on comprend !). Le travail selon la culture c'est vraiment fascinant et je suis impressionnée de cette transition. Je suis un peu curieuse, dans quelle branche pro travaillez vous ?

Lini's Choice a dit…

@lejaponautrement

Merci beaucoup pour le com ^_^
Le travail selon la culture change du tout au tout. Je connais le système anglo saxon et le français mais j'avoue que le thai c'est quand même une grande première !!!
Je travaille dans la mode. On est en train de lancer une marque d'accessoires haut de gamme et c'est épique ici ! J'adore, c'est super mais je me fais des cheveux blancs à force de m'adapter au mode de fonctionnement local .

Je suis une grande fan du Japon depuis toujours, et jai eu la chance d'y passer 1 mois il y a quelques années. Maintenant que je suis en Thailande, je compte bien profiter de la proximité pour y refaire un tour !
Travailler avec des Japonais ça doit aussi être un sacré challenge ; )

Merci encore et j'ai hâte de lire un nouvel article sur votre blog !

Lini